Sur la route… des Grands Crus de Bourgogne

On vous emmène faire un tour du côté des vignobles les plus prestigieux de Bourgogne (et du monde !) : ceux de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune. Sillonnons ensemble les quelques 60km de cette mythique Route des Grands Crus. De Dijon à Santenay, chaque étape recèle des trésors du patrimoine : Gevrey-Chambertin, Pommard, Aloxe-Corton, Nuits-Saint-Georges, Puligny-Montrachet, Romanée-Conti… “Les Français sont si fiers de leurs vins qu’ils ont donné à certaines de leurs villes le nom d’un grand cru.”, Oscar Wilde

Cette route, tracée par la volonté du Conseil départemental de la Côte d’Or en 1937, est un passage obligé pour tout oenotouriste qui se respecte. A chaque village son vignoble et ses appellations, à chaque commune sa fierté et ses trésors. Prenons alors notre bâton de pèlerin et engageons nous sur les pentes douces de la Côte de Nuits.

Dès la sortie de Dijon, vous êtes ici sur les « Champs-Elysées » de la Bourgogne. Sur les 37 premiers kilomètres de notre parcours, les 15 villages que l’on traverse ne nous sont pas étrangers : Marsannay, Fixin, Gevrey-Chambertin, Chambolle-Musigny, Vosne-Romanée… tous regorgent d’appellations et de vignobles prestigieux. Vous êtes dans le saint des saints, s’égrènent ici 24 des 33 grands crus que compte la Bourgogne. Même si on y trouve du chardonnay, du gamay ou de l’aligoté, le cépage roi de la Côte de Nuits reste le pinot noir.

Côté bâti, les villages que l’on croise offrent de belles maisons de pierre surmontées de toits de tuiles. Typiques du vignoble bourguignon, ces demeures vigneronnes s’organisent entre cours et jardins. Elles disposent généralement de caves anciennes, secrets gardés de ces bâtisses de charme.

Faisons halte à Nuits-Saint-Georgespour profiter de l’Imaginarium. Espace d’exposition ludique autour des Grands Vins de Bourgogne, le lieu propose une multitude d’activités « oeno-divertissantes » : expériences sensorielles, films, dégustations. Après un crochet par le beffroi recouvert de vigne du XVIIème siècle et lescarrières de Comblanchien(pierre calcaire semblable au marbre), notre périple nous mène à Corgoloin, aux confins de la côte de Nuits.

« Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin mais goûte des secrets.« , Salvador Dalí

La frontière passée, nous arrivons en Côte de Beaune !  Plus méridionale, ce pays de collines n’a rien à envier à son illustre voisine. Si elle produit des vins rouges plus tendres (mais tout aussi excellents), elle se distingue de la Côte de Nuits par ses vins blancs secs parmi les plus prestigieux du monde. Sur les huit Grands crus que compte le vignoble, sept sont des vins blancs.On pense notamment au Corton-Charlemagne ou au Montrachet. Ici, c’est le chardonnay qui domine.

Après un crochet par Aloxe-Corton, Beaune vous tend les bras. On vous invite chaudement à visiter l’Hôtel-Dieu, site principal des Hospices de Beaune. Avec ses toits richement colorés, ses tourelles gothiques et ses collections médiévales, ce bijou architectural du XVème siècle ne vous laissera pas de marbre.

Hospices de Beaune

Nous attendent ensuite Pommard dont les vins ont su charmer Flaubert ; Meursault et ses falaises de Saint-Romain dont la mairie a hébergé la Kommandantur de La Grande Vadrouille ; Santenay, la « Nice de la Côte d’Or ».  Et toujours la musique entêtante du vin résonne à nos oreilles. Arrivés au coteau des Maranges, nous voici au bout de notre périple.

Nous aurons traversé 37 villes et villages, parcouru des vignobles d’exception, découvert une architecture éclatante… Cette route des Grands Crus, rythmée par la vigne, nous offre un morceau choisi de notre patrimoine collectif, un voyage unique dans notre histoire commune.

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :